Formation

 

Haute École de Naturopathie Africaine

Formation

Enseignement Supérieur de Naturopathie Africain

Difficile d'imaginer que tout a commencé à la rentrée 2005 avec une seule classe, 3 participants et un seul professeur, le fondateur, Dr Alpha Grace. Si une machine à remonter le temps pouvait y transporter un visiteur d'aujourd'hui, celui-ci serait bien surpris à la vue de la simplicité proposée.

 

Douze ans plus tard, le même homme est toujours là, mais sa vision audacieuse de transformer l'éducation de la santé alternative a bien changé. Aujourd’hui, plusieurs conférences et ateliers sont organisés, tenus par des dizaines intervenants spécialisés dans leurs domaines respectifs ; une équipe de direction encadre la formation de l'une des premières écoles de naturopathie africaine en Europe, qui propose des formations et des titres de praticien en médecine traditionnelle africaine en Europe.

 

Aujourd'hui... intégrée à la Fédération Africaine des Naturopathes

La Haute École de Naturopathie Africaine place la communauté au cœur de ses préoccupations, afin de diffuser une bonne qualité de vie. C'est pourquoi nous avons décidé de proposer nos cours dans ce merveilleux espace dédié à l'inspiration et à la créativité qui se trouve au 63, Avenue Maréchal de Lattre de Tassigny, La Drée dans la commune d’Épinac. La convivialité du groupe nous porte au quotidien et permet de présenter nos concepts d'hygiène de vie au plus grand nombre.

 

Dès la rentrée 2018-2019... des locaux propres à l'école

Situé au nord de la ville, dans le quartier de La Drée, la haute école de naturopathie africaine est localisée proche de la route départementale d’Autun, ce qui lui offre une excellente visibilité. Facile d’accès, avec des places de parcs disponibles et la possibilité d’être hébergé aussi. Il est possible de venir chercher les participants depuis la gare de Chagny en bus. À 11 kilomètres en voiture du centre-ville d’Autun et 21 kilomètres de Chagny, à 1 h 30 de Paris par TER, elle bénéficie également d’une proximité immédiate avec l’autoroute.

 

Les locaux seront aménagés en fonction des besoins de l'école. L’on compte trois salles de cours spacieuses d’une capacité de 18 à 25 places, un espace pour des ateliers de cuisine vivante et pour les préparations médicinales, un cabinet propre à l'école et une réception. Nous resterons dans le domaine de la Fédération Africaine des Naturopathes, sur son site sacré de 5'000 m² !

 

Enfin des titres protégés pour les thérapeutes

 

Médecine traditionnelle africaine - MTA

Les praticiens en thérapie douce et naturopathe peuvent désormais obtenir un diplôme reconnu. Pour nous les praticiens on ne doit pas retourner à l’école pour notre diplôme; il doit être capable d’écrire une étude de cas, dans laquelle il documente très précisément la prise en charge d’un patient, le traitement concret et l’analyse de sa propre attitude. Ils assurent ainsi leur propre acquis en valorisant leur expérience, l’examen du diplôme en lui-même consiste à discuter l’étude de cas en profondeur.

 

La durée de la formation pour les débutants ?

La formation de la médecine naturelle traditionnelle africaine dure trois ans et demis ou quatre ans selon ce que la personne choisisse la formation en emploi ou en continue. Elle se compose de modules proposés par nos partenaires et écoles accréditées ainsi qu’un stage de 3 semaines obligatoire dans un pays de choix en Afrique.

 

Les avantages de nos diplômes ?

Elles sont un jalon dans l’histoire de la médecine naturelle et une oeuvre pionnière en Europe qui va influencer les systèmes de santé en France, Europe et toute l’Afrique. Le diplôme donne au naturopathe un statut reconnu officiellement, d’autre part, il constitue un grand pas en direction de l’assurance de la qualité et de la compétence professionnelle des thérapeutes, ce qui est aussi à l’avantage de la sécurité des patients.

 

Considère encore le flux migratoire et des familles Africaines déjà implanté depuis des décennies en Europe, ces populations réagissent à une alternative qui répondent parfaitement à leur croyances, morphologie, physiologie, psychologie et socioculturelle. De plus, il favorise le maintien de la pharmacopée traditionnelle de l’Afrique. Et, surtout, ce diplôme augmente la reconnaissance de la médecine naturelle par le grand public surtout européenne.

 

Une meilleure reconnaissance dans le système de santé et d’égalité

Si le manque de généraliste prend plus d’ampleur, ce qui est le cas, tous prestataires du marché de la santé, soit les naturopathes mais aussi les pharmaciens et droguistes travailleront plus étroitement avec les médecines de famille. De plus, la reconnaissance internationale des naturopathes africains était une revendication de chefs de pays Africains et l’OMS.

Pour la prise en compte des médecines complémentaires, nous croyons bien que toutes les personnes impliquées vont désormais collaborer plus et mieux.

 

Notre offre de formation continue

 

 

Plantes médicinales

 

PHYTOTHERAPIE

 

Historique

L'énergie et la matière des plantes et les molécules actives. Notions de botanique descriptive. Structures organique et tissulaire. Biologie végétale. Notions de botanique systémique. Notions d'ethnobotanique.

 

Monographie et profil de 150 plantes médicinales. Les indications en pédiatrie, gérontologie, maladies graves et immunologiques, troubles circulatoires, digestifs, nerveux, du sportif, de l'enfant, de la femme enceinte, etc. Techniques et emplois. Travaux pratiques d'élaboration de mélanges.

 

Thérapeutique

Les différents principes actifs. Les plantes toxiques. Indications et contre-indications. Stratégies thérapeutiques. Études des plantes par systèmes organiques.

 

STAGES PRATIQUES

Rapport entre les Hommes et les plantes à travers la cueillette, la législation autour de la cueillette des plantes sauvages, les techniques de cueillette en lien avec la préservation de la flore, la pratique concrète (matériel, période, etc.). Étude de quelques plantes sous l'angle d'une pratique éco-responsable. Les plantes alimentaires sauvages.

 

Travaux pratiques : botanique sur le terrain et herborisation avec reconnaissance de plantes.

 

Les formes galéniques

Pommades, lotions, huiles, etc. Les tisanes. Les teintures-mères. Autres formes d'extraits. Les plantes en poudre.

Le plan thérapeutique.

 

SPAGYRIE

Historique de la méthode

Les différentes méthodes de préparation. Modalités d'emploi. Indications thérapeutiques. Monographie des plantes spagyriques.

 

AROMATHÉRAPIE

Historique. Bibliographie. Propriétés des huiles essentielles. Indications et contre-indications. Modalités et précautions d'emploi.

 

Chémotypes et qualité des huiles essentielles. Monographie et profil de 120 huiles essentielles. Aromathérapie énergétique. L'aromathérapie au quotidien. La trousse d'urgence. Formulation et ordonnances. Indications et thérapeutiques. Élaboration de formules magistrales. Travaux pratiques.

 

ÉLIXIRS FLORAUX

Historique. Bibliographie. Causes des maladies et psychés. Émotions et pensées. Possibilités et emplois pratiques dans la consultation naturopathique. Les moyens de détermination. Monographie et profil des 48 élixirs issus des préparations artisanales en Afrique. Les élixirs européens. Les élixirs Andins. Études de cas et formulations pratiques au service des femmes, des enfants et des hommes.

 

Forme des cours

Dans nos locaux à la Drée –Epinac en France, les cours sont organisés au rythme d'une soirée par semaine et en journées le week-end.

L'horaire des cours est le suivant : de 8 h 45 à 12h30 et de 14h à 18h00 (17 heures le dimanche).

Coûts des formations

 

Il faut compter environ 8'000.- Euros par année pour le parcours de Naturopathie Africaine (5 ans). Sont inclus: les frais administratifs, les supports de cours, les travaux pratiques et le contrôle continu.

 

Durée des formations

La formation est répartie sur 5 années.

L'année scolaire va du 1er week-end de septembre au 1er week-end de juillet. Les cours débutent lorsque le nombre minimum d'élèves est atteint. Les places sont limitées afin de garantir une ambiance conviviale et favorable à l’étude.

 

Frais non inclus

Les autres frais ne sont pas inclus dont le transport, l’hébergement et les repas durant les stages (3 x 5 jours durant la formation, facturés à prix coûtant). La littérature de base et le matériel complémentaire peuvent être achetés à prix réduit.

 

Examens & attestations

Une attestation de suivi des cours est délivrée sur demande. Les examens intermédiaires ont lieu chaque année. Le diplôme de fin d'étude est délivré sur validation d'une épreuve pratique, une étude de cas et la soutenance d'une thèse.

 

Conditions de paiement

Le parcours de formation est facturé annuellement. Les cours peuvent se régler mensuellement ou au comptant avec une remise de 4%.

Vous avez une formation de base?

N'hésitez pas à nous contacter pour une validation d'acquis.

COOPERATION

RECHERCHE

AROMATHÉRAPIE

PHYTOTHÉRAPIE

Comprendre les Mécanismes de santé et devenir éducateur de santé

Instruire l’homme n’est rien, c’est de l’entraîner à réfléchir qui est tout ...

Apprendre l’homme ne mène à rien, ce qu’il faut, c’est de lui faire comprendre

Tel est notre programme de formation et chaque cours correspond à un objectif précis dans le cadre de la formation globale.

 

L’ETHNOPHYTOSOINS

Au cours des siècles, les anciens ont accumulé un véritable savoir sur les vertus médicinales des plantes. Tout le monde a entendu parler des remèdes de santé de nos grand-mères : ail, choux,... sous forme de cataplasme ou de décoction. Mais il existe aussi une antique tradition de soins par les fleurs, ceux-ci sont moins connus car ils nécessitent une manipulation et un dosage extrêmement précis.

 

C’est l’étude scientifique interdisciplinaire de l’ensemble des matières d’origine végétale, animale ou minérale, et des savoirs ou des pratiques s’y rattachant, mises en œuvre par les cultures traditionnelles pour modifier l’état des organismes vivants, à des fins thérapeutiques, curatives, préventives ou diagnostiques.

 

Méthodologie

Guidées par les usages empiriques des plantes, les études ethnophytosoins ont apporté à l’humanité plus de 60 % de ses médicaments quotidiens. Située à la croisée des sciences de l’homme et de la nature, l’ethnopharmacologie a su développer des méthodologies originales, alliant tradition et modernité qui lui ouvrent des perspectives prometteuses.

 

Une méthodologie en 3 actes

L’ethnophytosoins est une discipline qui s’intéresse aux médecines traditionnelles et aux remèdes constituant les pharmacopées traditionnelles.

 

Très schématiquement un programme d’ethnopharmacologie mis en œuvre dans une région particulière se déroule en trois temps :

• un travail de terrain destiné à recenser les savoirs thérapeutiques,

• un travail en laboratoire visant à évaluer l’efficacité thérapeutique des remèdes traditionnels et

• un programme de développement de médicaments traditionnels préparés avec des plantes cultivées ou récoltées localement.

 

Le développement durable et la naturopathie Africaine

Les objectifs sont clairement énoncés et codifiés par des méthodologies rigoureuses : recenser partout dans le monde les savoirs traditionnels, notamment là où la tradition est orale, car la transmission de la connaissance est entravée à la fois par la perte d’intérêt du métier de guérisseur et par la non reconnaissance du métier, voire son interdiction pour exercice illégal de la médecine.

 

L’ethnophytosoins oeuvre pour l’utilisation raisonnée et la valorisation des ressources naturelles, par la fabrication de phytomédicaments non toxiques et efficaces.

 

Elle sensibilise également les populations locales à leurs richesses naturelles et culturelles, elle développe des actions de formation et d’éducation en vue d’améliorer la santé du plus grand nombre, et plus particulièrement des populations défavorisées.

 

Cette valorisation s’inscrit dans le respect des conventions internationales sur la biodiversité et les espèces menacées.

Elle vise également à intégrer les médecines traditionnelles dans les systèmes de santé selon les recommandations de l’OMS.

 

LA PSYNATUROTHERAPIE AFRICAINE

La Psynaturothérapie est un ensemble d’outil au secours

  • -des problèmes de la violence,
  • -la gestion des comportements difficiles et prévention des conflits,
  • -troubles bio-psycho-spirituel,
  • -et la médiation par une approche transcontextuelle et transculturelle.

 

La Psynaturothérapie africaine est reconnue comme un moyen inéluctable et efficace pour traiter les troubles psychiques, ouverture du dialogue, de la parole et de la médiation, alléger les souffrances des patients par des moyens naturels, des thérapies et des rituels ancestraux ainsi que par toutes les approches thérapeutiques.

 

La Psynaturothérapie africaine est aussi un déterminant important pour l'évolution de l'être humain et de sa pensée, c’est une source de lien social en libérant chacun de la peur de l’autre et aussi de la peur de lui-même.

 

Les prestations du Centre de Trauma Transculturel, s’adresse aux personnes présentant une ou des vulnérabilités en santé et dans leur bien-être : éloignement du système de santé, isolement et des déplacements géographique, familial ou social, les violences, les traumatismes, les addictions au tabac, à l’alcool et aux jeux, l’environnement économique, sanitaire défavorable et la précarité.

 

Les Médecins-Guérisseurs

A savoir, qu’un morcellement ethnique considérable, une abondance de récits, de rites et de cérémoniaux religieux très divers demeure obscurs à l’entendement des européens, en raison de l’absence d’une théologie rationnellement exprimée, ont longtemps laissé croire que les concepts de religion étaient très disparates en Afrique.

 

Au contraire, on s'aperçoit maintenant, après avoir pris connaissance et interprété les coutumes de diverses peuplades, que les religions africaines possèdent un sens commun profond, un réel humanisme, qui a dicté aux Africains l'idée qu'ils se font de la vie, de la maladie et de la mort et leur permet de régler leurs rapports avec l'invisible et de définir la place qu'ils occupent dans la nature.

 

L'attitude commune spécifique aux Africains face à la nature et à l'au-delà peut être esquissée en quelques traits principaux traduisant l'unité de leurs concepts spiritueux: l'Africain est un homme profondément attaché à la terre, il sait pouvoir triompher et commander aux éléments quand il est en possession de la Force Vitale.

 

La Force Vitale est une force supérieure à la force propre de l'individu qui l'acquiert par des pratiques spirituelles adressées aux esprits et aux dieux qui partagent son monde. L'adversité, les revers, la maladie, la souffrance, les calamités marquent une diminution ou la perte de Force. La félicité, la prospérité, la réussite, la sante exprime la possession ou un accroissement de la Force Vitale.

 

Le sage africain: "Ce sage se veut maître du monde d'en bas. Sous des apparences misérables et avec des moyens insignifiants, selon; notre optique, cet homme commande à l'eau et au vent, agit sur le feu et manipule la terre comme s'il se fut agir de lui-même".

On a pu croire que la pensée des Africains habitués à vivre près de la terre liés à des tâches séculaires, perpétuellement en butte aux vicissitudes matérielle demeure emprisonnée dans la savane et la forêt. Il n'en est rien, l'homme Africain se projette continuellement dans le ciel, dans le cosmos, dans l'au-delà.

 

Lui et tous ceux de sa lignée se savent parents directs d'un dieu créateur de la vie et maitre des génies gouvernant le soleil, la pluie, le vent, les épidémies, les animaux, les plantes, et dispensateurs de la Force Vitale. L'Africain entretient des relations humanisées avec les esprits. La société laquelle il appartient comprend l'ensemble des personnes vivantes et défuntes qui se reconnaissent un ancêtre commun. La lignée des ancêtres se prolonge jusqu’à dieu et les ancêtres sont divinisés. Ces derniers sont établis dans un au-delà proche, un havre de paix et de repos ; mais ils ne demandent qu'à revenir sur terre pour côtoyer les vivants et participer à la vie et aux cérémonies de la communauté.

 

L'alliance et l'échange de services entre les vivants et les morts sont constants, les obligations mutuelles sont définies par la tradition. Le respect des coutumes assure une vie paisible aux ancêtres dans l'au-delà, qui en contrepartie protègent les vivants en leur procurant la Force Vitale. Par contre l'oubli et la négligence des lois coutumières sont sanctionnés, les ancêtres courroucés envoient aux vivants les maladies qui provoquent un amenuisement de la Force Vitale.

 

Il est évident que toute société Africain est tournée vers la religion, qui détermine sa forme de pensée et ses actes. Conscient de ses problèmes de survie, l'Africain attribue une valeur de symbole au moindre détail de ses gestes, de ses attitudes et de ses motivations.

Sa vie est un perpétuel compromis du naturel et du surnaturel et quête de la Force Vitale, cherchant à la concentrer, à la stabiliser ou à la reconquérir au cas où la maladie et l'adversité l'auraient reprise.

 

Dans toute société Africain, un rang de personnes, les médecins-guérisseurs ont le don de capter et de maîtriser la Force Vitale pour l'implanter chez ceux qui le sollicitent. Personnages ambigus, partie intégrale de l'ordre social et religieux traditionnel, à la fois redoutés et estimés, les médecins-guérisseurs ont le pouvoir de soigner, de guérir, de rendre la Force Vitale, par le combination de vegetaux, thérapies et de cérémonials.

 

Intercesseurs auprès des divinités, ils sont aussi directeurs de conscience et devins, ils connaissent les maladies et leurs remèdes. Initiés et dépositaires de la tradition orale, ils détiennent en leur mémoire la somme des connaissances acquises de génération en génération dans le domaine du traitement des maladies par les plantes médicinales et peuvent découvrir et exorciser les sorciers.

 

L'action bénéfique des Médecins-Guérisseurs, faite de sagesse imprégnée de sentiments spirituel, facteur de l'idéal social, se développe au vu et au su de tous, elle s'oppose aux forces occultes et maléfiques des sorciers jeteurs de sort, qui participent à la destruction du bien-être social et causent de perte de la Force Vitale, entraînant la maladie et la mort.

 

Les citadins que l'on imagine détribalisés, préoccupés de réussite sociale demeurent profondément marqués par l'esprit des religions antiques qui transforme et resurgit même au travers des religions universelles importées, donne naissance à des sectes secrètes, syncrétiques, se manifeste dans des mouvements prophétiques et messianiques.

 

La croyance dans les ancêtres demeure présents dans tous les esprits, les détenteurs du pouvoir le savent et s'en servent pour influencer les adhésions à leur mouvement politique par une prise de conscience nationaliste où la foi n'est pas exclue. En certaines sociétés l'autorité du guérisseur se manifeste dans toute son ampleur ; à la fois médecin, devin, prêtre nanti de pouvoirs magiques, il domine la vie sociale et religieuse du groupe et il n'est dès lors pas surprenant de voir certains d'entre eux assumer les responsabilités de chef de la communauté.

 

Le cumul de toutes ces fonctions par une seule et même personne est cependant assez rare, les guérisseurs que rien dans leur manière de vivre ne différencie des autres habitants du village limitent le plus souvent leurs prestations, se reconnaissent une spécialité, les uns se bornent à chasser les esprits responsables des maladies, d'autres véritables praticiens soignent par les plantes de nombreux maux, d'autres encore ne traitent que des affections spécifiques et ont acquis une vaste réputation.

 

Considérer ces Médecins - Guérisseurs comme des herboristes qui pratiquent l'art de guérir en administrant aux patients des drogues végétales dont ils connaissent bien l'efficacité répond à un point de vue d'universitaire, n'est pas totalement inexact, mais ne concorde en rien avec la conception que les guérisseurs ont de leur profession et de l'idée que ceux qui les consultent s'en font.

 

L'action du guérisseur n'est pas compréhensible en dehors de la perception particulière que les Africains ont de la maladie qui consiste à admettre qu'aucun mal n'est naturel, mais la conséquence d'un acte coupable ou de l'esprit d'un ancêtre tourmenté. Cette croyance se retrouve profondément ancrée dans l'esprit de ceux qui partagent encore à la vision métaphysique du monde traditionnel, elle subjugue l’Africain qui demeure intimement persuadé qu'il ne pourra retrouver la santé qu'après avoir eu recours à un guérisseur extralucide qui sera en mesure de lui faire connaître l'identité des personnes ou des esprits qui se trouvent à l'origine de ses maux.

 

Le guérisseur, selon la coutume, est le seul représentant de la communauté qui détienne de manière licite un pouvoir magique suffisamment puissant pour apaiser les ancêtres mécontents ou s'opposer aux manœuvres sorcières. Le guérisseur cède aux malades les forces magiques qu'il maîtrise et concentre dans des préparations magistrales confectionnées par ses soins.

 

Ce sont le plus souvent des produits végétaux auquel il peut associer des ingrédients accessoires destinés à accroître l'efficacité du remède. Il peut encore en exalter la puissance par ses paroles, par des gestes sacrés et ses thérapies, par des cérémonies spirituels accompagnées de danses et de chants chargés de symbolisme permettant une prise de possession par les esprits.

 

Ce n’était pas ça, voici ce que c’est…

C’est une façon de parler des vieux Africains,

ils vous disent quelque chose,

vous croyez que c’est ça qu’ils vous disent, mais souvent ce n’est pas cela qu’ils veulent dire.

C’est ainsi qu’ils vous disent ce n’est pas ça, voici ce que c’est.

Mais ils ne vous disent pas ce qu’ils veulent dire.

C’est à vous de le trouver!

Notre Spécificité

Être naturopathe africain,

Éducateur de santé et éveilleur de conscience

 

Pour que l’hygiène de vie enseignée devienne un nouveau mode de vie, s’inscrive dans la durée et devienne une nouvelle habitude de vie.

 

• Une formation complète, originale et performante dans un cadre pédagogique structuré développant la curiosité d’apprendre, de chercher et d’intégrer

• Une vision holistique de la santé et la responsabilisation de l’individu conscient de l’importance de son hygiène de vie sur tous les plans de l’existence

• Une adaptation permanente des programmes tenant compte des éclairages nouveaux en matière de bilan de santé, de remèdes et de techniques

• Des formations en groupes restreints favorisant les échanges, un suivi personnalisé et la pratique

• Des formateurs professionnels experts en leur domaine, passionnés et exigeants

• Des partages avec des professionnels pour acquérir des connaissances et compétences pratiques

 

 

Conditions d'admission

• Avoir 20 ans révolu

• Être titulaire au minimum d’un certificat ou diplôme de l’enseignement supérieur, etc.); Certificat ou diplôme dans les métiers de la santé est un plus

• Expérience professionnelle extrascolaire

• Solide motivation

• Admission sur évaluation du dossier (curriculum vitae, certificats, attestations, diplômes et lettre de motivation) et entretien avec la direction

 

Déroulement des formations

• Formation les samedis et certains dimanches (week-end entier)

• De 8 h30 à 17 h

• Salle de cours du Centre de Thérapie Ethnique, La Drée-Epinac, France

 

Prochaine Rentrée

•Année académique : de mi-août 2018 à mi-juillet 2019

Limite des candidatures : 19 novembre 2017

Envoi des dossiers de candidature par email à inscriptions@henae.fr

 

Contactez-Nous

Nous vous répondrons par mail ou téléphone dans les 48 heures.

Récits de participants!

Au moment où, en Occident, l'exercice d'une médecine purement cartésienne est souvent remis en question, il n'est pas inutile de découvrir ces alternatives de soins où la force de l'esprit obtient des résultats étonnants.

 

Sachant que dans la plupart des régions d'Afrique, la médecine occidentale est loin d'avoir fait disparaître l'exercice de thérapies traditionnelles exercées par les guérisseurs, les féticheurs ou la confrérie des chasseurs.

 

Venez rencontrez ces praticiens peu ordinaires, personnages centraux de la société africaine, dont le savoir, réel, tend peu à peu à disparaître.

Le leadership, c’est avant tout une question de personnes et de circonstances

 

Même si je reconnais que les Occidentaux essaient souvent de forcer la main à l’Afrique et aux Africains et de lui imposer certaines de leurs priorités, et même si je pense que nous devons nous méfier de cette tendance, je considère que nous, Africains, devons admettre que le monde change et qu’il nous faut changer avec lui. Le plus souvent, cela suppose de revoir certaines de nos plus intimes convictions.

 

Le monde change et se transforme, j’ai compris que le savoir européens était limité et que nous devons rester ouverts aux nouvelles découvertes. Je suis un converti. Le leadership, c’est avant tout une question de personnes et de circonstances, et j’en appelle aux dirigeants africains pour qu’ils s’ouvrent à la question des savoirs ancestraux aux générations des Africains de la diaspora.

 

Le changement prend du temps et les résistances sont fréquentes dans certains milieux. En Afrique, même les chefs traditionnels se positionnent contre nos propositions dans le domaine de la santé et le bien-être.

 

C’est l’un des défis qu’il nous faut surmonter. J’ai participé un jour à un débat organisé par un chaine européen, au cours duquel des chefs traditionnels expliquaient qu’ils n’aimaient pas que les occidentaux divulguent leurs secrets parce que les jeunes risquaient de suivre leur exemple.

 

Ils disaient aussi vouloir que leurs enfants perpétuent le nom de leurs familles, les savoirs et traditions et leur rapportent entre autres des avantages. Je trouve que c’est une façon égoïste de voir les choses et que cela révèle un problème de mentalité à l’égard de nos défis de transmission et pérennisation d’un héritage et patrimoine si cher et authentique, a savoir; la Médecine Naturelles Africaine !

 

Vision d’avenir

 

Fondamentale ou appliquée, la recherche ne peut ignorer les forces qui mobilisent la marche des peuples, répondent aux aspirations des masses, et rythment la vie quotidienne des populations.

 

La notion de développement coïncide avec ces préoccupations. La recherche - développement dès lors signifie d’abord l’identification des données d’une civilisation, d’une culture, la prise en compte des solutions originales déroulées tout au long de l’histoire pour faire face aux grandes questions de la vie en partant du stock patrimonial, entendu comme bagage formé par l’accumulation des traditions, des techniques et des principes de vie.

 

Cette tâche est celle à laquelle se consacre la Haute école de Naturopathie Africaine en Europe: d’abord scruter le sens profond de l’héritage, de la tradition des peuples; ensuite développer les mécanismes de la connaissance de cet héritage dans toutes ses dimensions, enfin dévoiler les pierres d’attente dissimulées dans l’héritage et actionner le désir de les modéliser dans la quête compétitive des peuples pour une expression spécifique en situation globale.

 

Pour cela un programme complet et diversifié de recherche et de la formation a été conçu et élaboré, intégrant la recherche de terrain et synthése en classe, l’analyse de laboratoire, la diffusion, la production de supports, de manuels d’enseignement et de guides pour les animateurs et les experts en développement, enfin la mise en circulation des résultats au travers des formations et sur les marchés professionnel, éducatif, socio-culturels régionaux et internationaux.

 

Mais la connaissance et la diffusion préludent à l’appréciation. Bien plus, elles suscitent des vocations et soutiennent la créativité des jeunes, une créativité dynamique qui assure le renouvellement de l’héritage en même temps que son enrichissement dans un environnement nouveau.

 

Pour la réussite d’une telle entreprise, la révision des programmes et des méthodes de recherche s’imposait: le Directeur Exécutif du Haut École de Naturopathie Africaine, Dr Alpha Grace l’a fait. Par la suite, restait à assurer l’adaptation des structures et repenser les profils de leurs animateurs, dans le souci de rendre performantes les nouvelles orientations adossées sur une organisation et une gouvernance modernes.

 

De nouveaux statuts ont été proposés et adoptés. Un nouveau règlement intérieur a été défini; une relecture des stratégies d’action a été rigoureusement menée pour tirer d’une léthargie – somme toute compréhensible au terme d’une longue période de vie - un Centre de formation, de expérimentation et les pratiques sur les traditions orales et les thérapies africaines essoufflé, et de ses cendres faire émerger un haute école de la naturopathie africaine en Europe ouvert et dynamique.

 

D’emblée, de nouvelles considérations sont apparues, dictées par un environnement également nouveau dans le domaine de la recherche et imposées par une vision actualisée de la mission culturelle dégagée par la démarche des peuples en quête d’un développement maîtrisé et durable. D’où la nécessité de redéfinir l’objet comme le niveau de la recherche, l’étendue des domaines et la nature des acteurs.

 

www.henae.fr © tous droits réservés 2017